mercredi 30 août 2017

François Frigot, mon premier ancêtre sur le sol de la Nouvelle-France (Partie 1 de 2)

Mon nom de famille est Frégault, un dérivé avec le temps du nom Frigot. Un nom assez rare au Québec, pourtant, notre famille avait toutes ses chances de se développer! Malgré les quatre représentants Frigot qui se sont pointés en Nouvelle-France, la famille ne s'est pas développée comme pour celle des Tremblay, des Boucher ou encore celle des Brodeur.

Je crois pourtant que nos quatre prédécesseurs ont leur place dans l'histoire. Il y avait François Vigor Frigot (ou Frigault), mon ancêtre, Louis Frigot, Pierre Frigot, et enfin, un autre François Frigot. Celui-ci était soldat.

Au cours de cet article, je vais m'attarder surtout sur François Vigor Frigot, que j'appelerais simplement François pour alléger le texte. Le but de ma recherche est de savoir d'où vient François et d'essayer de comprendre le pourquoi de sa venu.

Les archives québécoises

Pour pouvoir déterminer l'origine de François, il m'a fallu consulter certaines archives qui concerne la Nouvelle-France. En voici trois non négligeables qui m'ont permis de remonter jusqu'à Teurthéville-Bocage.

Les rolles d'embarquement

Selon les rolles d'embarquement des navires à St-Malo et Gaspé nous indique que François était un jeune homme de 15ans, un natif de Theurtéville en Bocages en Coutances, pas très grand, aux cheveux clair, fils d'un certain Thomas. Le bateau sur lequel il a embarqué, la Sainte-Olive, était parti de St-Malo le 19 mars 1954. La Sainte-Olive était un navire commandé par Charles Costard qui transportait des armes et de la marchandise.  François faisait parti des 5 passagers embarqués à St-Malo, qui ont été enregistrés pour l'embarquement le 13 mars 1754. Il y avait aussi 3 officiers, dont le capitaine Costard, 10 matelots, 4 novices, 2 mousses et 5 personnes « trouvées » dont trois sont qualifiées de déserteurs. Il faut ajouter à cela  les membres de l'équipage de L'Ange Félix, donc 14 nouvelles personnes. Ainsi donc, 43 personnes se sont tassées sur un navire de 80 tonneaux, probablement un trois mâts. Sachant que les voyages vers la Nouvelle-France prenait environ 3 mois, j’estime que François est débarqué à Gaspé en juin 1754. Trois mois confiné dans un espace réduit sans accès à des conditions hygiéniques adéquates et probablement une alimentation déficiente. Il faut être courageux et avoir une certaine volonté pour vouloir faire un voyage dans ces conditions et laisser sa famille derrière pour une contrée encore en plein développement...

L'acte de mariage de François

François Vigor, aussi appelé François Jean s'est marié le 17 juillet 1767 à l'Islet avec Marie-Claire Caron, soit plus de 10 ans après son arrivée. Le lecture de l'acte nous permet de confirmer la provenance de François ainsi que plus de détails sur le nom de ses parents. Voici une transcription de l'acte en question. Certaines parties sont illisibles puisqu'il y a des taches d'humidité. 

« L'an mil Sept cens Soixante Et Sept le vingt Six et la
publication de trois bans de mariage entre Francois (…)
de Thomas frigot Et de marie charlotte gilbert d'une part
de tourte ville evêche de coutance d'une part de Marie claire
fille Detienne Caron Et de genevieve tondreau Sans quel (…)
aucune opposition; moy Sousigner Jai recu leur mutuel consentement
de mariage et Leur ay Donné La bénédiction nuptiale et ce presence du
coté de Lepoux de pierre provot et du cote de la fille d'etienne
Caron pierre Caron Joseph Gagnion 
Signature du prêtre Joseph »

Le couple Frigault-Caron auront 4 enfants qui se marieront : Claude, Marguerite, Joseph-Marie (mon ancêtre) et Jean-Baptiste.

Un témoignage en liberté de mariage

On trouve aussi des renseignements dans le témoignage en liberté de mariage en faveur de François Hamel.  Voici une transcription :

« L’an mil sept cens et Deux Les dix de fevrier par Tolerance de La part De Monsieur Briand
Vicaire général de Québec authorisé d’écouter et faire preter serment aux témoins qui pourroint se presenter pour attester qu’un nommé françois hamel fils de pierre hamel et françoise garnie de La paroisse d’Avranche
Nous curé de L’islette avons, après serment preté entendû déclarer à pierre frigo agé d’environ quarante ans ainsi que le dit hamel : avoir quoy qu’éLoigné de Douze Lieux (évêché de coutance) L’un de L’autre fait plusieurs campagnes tant par mer que par terre, sans avoir eu aucunne connoissance que Le Dit françois hamel fut marié
François frigo serment presté a declares estre venu à Gaspé avec Lui dit françois hamel sortant du meme endroit quoy qu’en different vaissau et estre venue en Canada avec luy sans avoir connu ni sçu que le dit françois hamel fut marié
Michel Charuel serment presté nous a declares qu’étant parti un an après Le dit françois hamel de la paroisse de biard il n’avoit jamais sçu ni entendu dire que françois hamel fut marié
Enfin quand à moy ayant été Le dit hamel pandant deux ans mon Domestique, ayant auparavant demeuré à La rivierre Ouelle Je n’ay point sçu que Le dit françois hamel fut marié en foy de Quoy a Lislette ce 10€ fev. 1762
Dolbec Ptre
aucuns témoins ne sçavent signer
Dolbec Ptre »

On comprends donc que François n'était pas tout à fait seul lors de l'aventure de la traversée, même s'il n'était pas ensemble sur le même bateau, François avait un ami qui venait d'Avranches. Avranches, tout comme Teurthéville-Bocage, se situe dans le département de la Manche, d'où probablement la signification de l'expression « sortant du même endroit ». Pierre Frigot en ajoute en disant que lui même habitait l'évêché de Coutances, soit a seulement 12 lieux (environ 48 km) de chez Hamel. La preuve de la provenance de François Frigot peut paraître moins claire, mais peut venir appuyer la confirmation de l'hypothèse.



Me voici donc bien armée pour traverser l'Atlantique et continuer mes recherches en France!

Le reste de l'article sera publié le 13 septembre et sera accompagné d'une liste de sources.

mardi 8 août 2017

L'impact généalogique de l'exode canadienne-Française du 19ème siècle


C'est une période de l'histoire canadienne qui a eu beaucoup d'impacts sur la vie de nos ancêtres. Elle se situe entre 1840 et 1930 environ. À cette époque, le flux migratoire était énorme... 

Beaucoup de personnes sont allées aux États-Unis pour se faire de l'argent. Certains y sont restés pour de bon, d'autres ont fait le va-et-viens entre le Canada et les Etats-Unis. La situation économique du Canada était difficile et les États-Unis promettaient des bonnes places dans les usines pour un meilleur salaire qu'ici. Beaucoup de québécois ont voulu profiter de l'occasion. 

C'était facile de trouver de l'emploi là-bas, les québécois avaient bonne réputation. On les disait bon travailleurs et surtout, moins enclin à protester sur les conditions de travail et à faire la grève.

C'était des gens seuls, des couples et même des familles qui traversaient les frontières. Le gouvernement et le clergé ont tout fait pour retenir les citoyens: octroie de nouvelles terres à cultiver, diffamations envers ces catholiques qui n'en sont pas vraiment... Parce qu'il n'y avait pas beaucoup d'églises dans ce pays anglophone et que ces personnes allaient être assimilées à la culture protestante...

D'autres croyaient le contraire, ils pensaient que plus de canadiens-français se déplaçaient vers les anciennes terres de la Nouvelle-France, plus les chances étaient grande de pouvoir ré-annexer un jour ces terres au Québec. Une conquête pacifique.

Les québécois se sont bien implantés dans leur nouveaux milieu. Ils ont construit des nouvelles églises catholiques et de nouvelles écoles, bien que le clergé n'ait pas donné beaucoup d'aide, du moins au début. Ils sont sont établis surtout dans le Michigan, Maine, le Vermont, le New Hampshire, le Massachusetts, le Rhode Island et le Connecticut. Une vague moins importante s'est aussi rendue dans le Michigan, le Minnesota, l'Oregon, l'Idaho et l'état de Washington.

Le flux s'est apaisé vers 1930, à cause de la crise économique de 1929. À ce moment, les Etats-Unis a décidé de fermer sa frontière à la migration canadienne. On croit que pendant l'exode, environ 1 million de québécois auraient tenté leur chance chez l'Oncle Sam.

Au point de vue généalogique, ça complique les choses. Si on de la difficulté à trouver le mariage d'un couple, est-ce que c'est parce qu'ils se sont mariés aux États-Unis? Dans certaines familles, on voit des enfants nés aux Etats-Unis et d'autres au Canada, pourquoi ce va-et-vient? Pourquoi certaines de ces familles ont décidé de rester et d'autre non? Pourquoi les registres des passages Canada-États-Unis ne mentionnent pas tout le monde? Certaines personnes sont "disparues" des registres, sont-elle décédées de l'autre côté de la frontière?

C'est une période qui apporte beaucoup de questions et complique la tâche d'un généalogiste. D'autant plus que les archives numériques sont payantes pour la plupart des États. J'ai déjà essayé de chercher un mariage par Ancestry et Family Search. Pour moi, ça n'a pas donné de résultats. Pas plus que mes recherches au Québec et en Ontario. Dans ce cas, si on ne trouve rien nul part, nos suppositions ne s'appuient sur rien.

Si on croit qu'une famille X est partie, disons, dans le Maine, on peut toujours contacter la Société généalogique de l'état. Attendez-vous cependant à payer pour que quelqu'un puisse faire la recherche pour vous. De plus, il n'est pas garanti qu'il y ait une découverte découlant de cette recherche.

Pour plus d'informations sur cette période historique, je vous conseille de suivre les liens de mes sources. C'est une période qui s'étend sur presque un siècle et l'exode a une place importante dans notre histoire.

Exceptionnellement, je ne ferais pas de texte le 16 août prochain. Je pars en vacances! Mon prochain billet sortira donc le 30 août. Ce sera le premier billet d'une série de deux ou trois sur mes découvertes concernant le premier arrivant Frégault (Frigo) en Nouvelle-France, François. C'est le résumé d'environ 5 ans ans de recherches...

Sources:
http://grandquebec.com/histoire/migration-etats-unis/
https://www.erudit.org/fr/revues/haf/1987-v41-n1-haf2377/304520ar.pdf
http://www.levasseur.org/doc/dossiers/200202_Emigration_US_fra.pdf
http://www.mapageweb.umontreal.ca/dessurec/hst2426/Emigration.pdf